Newsletter Déniv' n°309 du 12 juin 2017

crédit photo : Serge Pothin (raid 974)
 
Bonjour à tous,
 
Encore un week-end épique pour les traileurs réunionnais et, en particulier, les Déniviens. Après le D-Tour (45-60) et la Transrun, la météo nous a joué des mauvais tours sur le week-end Raid 974 - Semi 974... La portion Gîte du Piton - Mare à Boue était épique, à la limite de la sécurité parfois - beaucoup de casse (près de 50% d'abandon) et des moments inoubliables. C'est aussi ça le trail : quand tout se passe bien, on ne se souvient de rien !!
 
1. Résultats du week-end
2. Anniversaires de la semaine
3. Organisation de l'Arceen ciel
4. Les 10 ans de Déniv' vus par des Déniviens : Jean-François Ollivier-Lamarque
5. Des nouvelles de Christophe Gelly
6. Mon récit de course : l'abécédaire du Raid 974 2017 par le Père Noël
 
 
1. Résultats du week-end : 
 
Raid 974 - 102 km :
1. Fabrice Fontaine : 14h 24' 32"
2. Romain Lelong : 15h 38' 53"
3. Armand Bègue : 15h 31' 01"
(...)
18. Sophie Gerbelot : 19h 16' 01" (1ère féminine)
22. Philippe Noël : 19h 51' 41"
23. Antoine Robert : 19h 51' 47"
 
Semi-Raid 974 - 56 km :
1. Jannick Séry : 6h 13' 37"
2. Damien Séry : 6h 47' 07"
3. Géraldo Trulès : 7h 07' 54"
(...)
24. Coralie Lété : 8h 52' 07" (1ère féminine)
97. Sandra Cerveau : 13h 22' 54"
106. Sonia Lee Song Yin : 13h 59' 12"
123. Olivier Cadet : 14h 52' 28"
 
Trail de Bellevue - 17 km :
 
1. Fabrice Mithridate : 1h 40' 14"
2. François Chaumaray : 1h 42' 22"
3.  Andy Marie : 1h 47' 32"
(...)
5. Yannick Imbrosciano : 1h 49' 33"
39. Julien Sautron : 2h 13' 53"
67. David Edmond : 2h 26' 30"
132. Pascal Labbé : 2h 47' 24"
159. Eric Magnien : 2h 55' 00"
209. Virginie Genta : 3h 16' 14"
214. Hélène David : 3h 18' 33"
215. Patrice Dupupet : 3h 18' 33"
257. Sarah Lapathia : 4h 02' 48"
 
2. Anniversaires de la semaine :
 
Quelques Déniviens vont basculer du côté obscur du temps qui passe au cours de cette semaine, quoi que, il paraît qu'on se bonifie comme le bon vin !!
 
Lundi 12 juin : Antoine Cortet et Olivier David
Samedi 17 juin : Stéphanie Maillot
 
 
3. Organisation de l'Arc en Ciel :
 
Merci aux 50 bénévoles  qui ont répondu présent pour tenir le poste de ravitaillement du Maïdo. Ce rendez-vous annuel est très important car au delà de la subvention qui nous est allouée par Ilop,  nous tenons d'une part  un poste stratégique, moitié de la course et ensuite parce que les coureurs qui y passent trouvent satisfaction et repartent bien ravitaillés.
Avec Philippe Hautefort le chef de poste, nous avons rendez cet après-midi avec l'organisateur Ilop qui nous donnera, comme chaque année, tous les détails. Philippe vous adressera un message détaillé sur l'organisation de ce poste où il faudra gérer 2 courses.
 
Merci encore pour votre engagement
Sportivement
 
Radjane
 
4. Les 10 ans de Déniv' vus par des Déniviens : Jean-François Ollivier-Lamarque :
 
3 fois par semaine, en fin d’après midi, c’est la même rengaine : « p… j’suis à la bourre, j’ai encore du taf, mais faut que j’me casse car j’ai Déniv. » Certains ont piscine, moi c’est Déniv.

C’est en avril 2008 que Fabienne et moi avons intégré Deniv. Je dis intégré car à l’époque il y avait une liste d’attente. C’est Jean-Hugues Vos qui, lors d’une soirée raid à la maison, nous avait orientés vers le club. Ce qui marquait à l’époque c’étaient les PPG ou déconnade et poilade (merci Jean-Hugues) rimaient avec limonade (alcoolisée la limonade) lors de glacières qui revenaient plus souvent qu’à leur tour.

Pour mes premiers tours de piste je me faisais tout petit. J’écoutais le coach Eric religieusement. Je découvrais des termes barbares : cardio, VMA, fractionné, récup, 30/30, séries… Je repérais des cibles auxquelles je pouvais m’accrocher en espérant pouvoir tenir. Régis, tu en fus. A la 2ème ou 3ème séance un Breton rigolo, avec un seul bras, est venu vers le petit nouveau et lui a souhaité la bienvenue. Merci encore à lui pour son accueil.

Ma première course sous les couleurs de Déniv fut le championnat du Géranium . Je n’avais pas encore le maillot du club et je me souviens de ma fierté quand Ketty m’a donné mon beau maillot tout noir. C’était ma première course « courte ». Ce fut une catastrophe et à mi chemin je rampais à court de tout.

Puis vint le temps des progrès avec en points d’orgue un Grand Raid 2009 de folie et un marathon de Paris 2011 de diamant pur. Ces moments inoubliables, magiques, comme d’autres encore, je les dois à Déniv qui m’a fait découvrir de nouveaux horizons.

Grace aux trames qu’Eric mettait à nos dispositions (ça aussi c’est propre à Déniv) je pouvais m’entrainer à la convenance de mes horaires. Alors que je faisais mes tours de piste seul à courir après mon chrono, il arrivait que j’entende un « allez JF » fuser des tribunes. Ca aussi c’est Déniv, cette solidarité de tout moment. Cette solidarité que l’on partage dans les assistances, dans les courses en relais, les glacières, les soirées Déniv. Serais-je venu à bout du Grand raid 2012 sans Déniv ? Je ne pense pas. Les quelques mots entendus à Cilaos, les affaires sèches piochées dans les sacs d’assistance, le blouson d’Olivier, le pacte avec Richard « ce Raid on le finit bien »m’ont relancé. La récompense était déjà avant la ligne d’arrivée à Halte là, à l’assistance tenue par les époux David où de merveilleuses pates et un massage à 4 mains prodigué par 2 charmantes jeunes filles m’ont rendu la vie encore plus belle.

Déniv, c’est aussi les stages week-end choc (choc des Dodo surtout) à patauger gaiement dans les flaques du Kerveguen. Le vent et la pluie semblent plus chauds quand on les partage. Je suis un peu triste que nous soyons si peu nombreux cette année. Déniv, c’est les relais. Que ceux qui n’ont jamais couru un relais sous les couleurs de Déniv, s’empressent de le faire. Un moment, de partage, de camaraderie, d’émulation fabuleux. Merci à Johny pour son implication et pour rendre possible de tels moments, et à Chicken Patrice qui fait durer le plaisir d’être ensemble.

Merci à tous ceux qui ont su être présents pour faire vivre le club et le perpétuer. Merci à Eric et tous ceux qui étaient à ses cotés au tout début. Merci à Jean-Christophe qui a su le relever. Merci aux présidents qui se sont succédés , Luc, Philippe et aujourd’hui Radjane. Lorsqu’un entraineur part, il se trouve toujours quelqu’un du club pour prendre le relais : Fred, et aujourd’hui Martin. Le lundi, nous n’avons pas Déniv, mais Déniv se rappelle à nous en nous envoyant sa newsletter. Chapeau bas à Philippe qui assure indéfectiblement ce rendez-vous avec verve et humour. D’ailleurs, Déniv va vraisemblablement accomplir sans le savoir un nouvel exploit : pour mieux suivre Déniv, je vais craquer et me mettre sur Facebook. Si Déniv me fait faire ça, c’est qu’il est énorme !

 

 

5. Des nouvelles de Christophe Gelly :

 

"qq mots sur ce trail de minuit 

que j abordais très prudemment et avec une certaine mefiance des precipices .....compte tenu de mon passé...

mais points obligent pour le trail de bourbon .....

donc aucun objectif a part les points 

je me mets dernier ou presque au depart ,et je vais tt tranquille vers la canalisation qui de nuit m angoissait presque...

donc deux lampes ext.....

au fond ca se passe ,deux trois chutes devant moi ...mais bon 

arrivons a grand place...vers 4 h 

et la ne me rappelant plus vraiment la suite 

impossible de repartir 

corps bloqué 

donc je decide d attendre le jour 

essaie de demander une couverture.....rien de rien la bas 

un toubib sympa c tt

m enroule ds ma couverture de survie et me reveille plus tard en claquant des dents en legere hypotermie 

reussi qd meme a remettre mon corps en rte 

repars noble dernier a la fermeture du poste....

en mode tourisme jska l arrivée 

merci a ceux qui se sont inquiété pour moi .....

vive le trail 

ch gelly"

 

6. Récit de course : mon abécédaire du Raid 974 2017 par le Père Noël :

Un petit récit de course sur le Raid 974, course hors normes, en raison des conditions météo notamment, résumé en 26 lettres :

A comme Arrivée : une grande satisfaction autant qu'une délivrance

B comme Balisage : quelques soucis parfois, mais Balisage = Bénévole, donc on pardonne les imprécisions

C comme Cilaos : le cirque où tout commence à se dégrader mais aussi, la boisson présente à tous les ravitos et ça, ça refait !

D comme Départ : l'incertitude du départ d'un ultra : va au bout ? va pas au bout ?

E comme Extraordinaire : ma performance personnelle relève de l'extraordinaire, elle restera gravée au fond de moi longtemps...

F comme Froid : un passage au Gîte du Piton des Neiges mémorable : des rafales d'environ 80km/h, de la pluie et des bassins remplis d'eau très froide ; mes pieds ont commencé à s'engourdir, mais il a fallu s'accrocher et continuer ; l'eau était moins froide ; ça m'a rappelé le Grand Raid 2012... en pire !!

G comme Gestion : un ultra, c'est un maximum de gestion de course : rythme, alimentation, hydratation... une réussite pour le coup

H comme Hématome : passé à travers une échelle dans le sentier de Mare à Boue ; un tibia explosé, une belle bosse en prime ! Mais moins de cascades qu'au D-Tour !!

I comme Ilet de Roche Plate St-Jo : et dire qu'il a fallu attendre tout de temps pour traverser en qq minutes ce joli ilet difficilement accessible où nous avons eu un gentil accueil ; une envie d'y retourner en mode rando !!

J comme Jackpot : 22ème au scratch, 1er dénivien (sur 2, qui est 5 secondes derrière moi !!), je n'ai jamais été à pareille fête !! Je savoure et relativise...

K comme Koh-Lanta : je me suis senti un peu Moundir ce vendredi dans le Coteau Kervéguen!!

L comme Long comme la piste de Roche Plate à Saint-Joseph : autant l'ilet est joli, autant la piste est... interminable surtout après 100 km !!

M comme Mafate : une traversée tranquille de nuit, Mafate nous a fait un bel accueil, mais dès Marla, on sentait que ça n'allait pas durer...

N comme Nez de Boeuf : une belle découverte que ce site, et quelle vue !

O comme Ombre au Tableau : une arrivée dans de bonnes conditions, mais un abcès sur un orteil qui me gâche la récup : sous antiobio, pas de Dodo !!

P comme Poney aquatique : vendredi on pouvait pas courir, on avait poney aquatique à Mare à Boue !!

Q comme Quadriréacteur : la maltodextrine, c'est chouette, mais ça dégaze...

R comme Rivière/Ruisseau/Ravine : la montée du Bloc transformée en Ruisseau, la descente du Coteau Kervéguen en véritable Rivière, un passage de Ravine avec de l'eau jusqu'à la taille en aplomb d'une cascade ; pas rassurant, mais du moment qu'il n'y a pas eu de bobo, c'est l'essentiel... 

S comme Solidarité : finir avec le copain du club, c'est un choix et un privilège ! Content d'avoir fini avec Antoine Robert !! 

S (bis) comme : sur une course avec 130 inscrits, 120 présents et 66 à l'arrivée, on se retrouve vite et pour longtemps seul ; alors, je discute avec moi-même et nous allons mieux depuis...

T comme Tien Bon Larg Pa : le mental en ultra, c'est ce qui fait qu'on va au bout, sauf grosse blessure : je pars sans idée préconçue, en sachant que j'aurai des surprises, pas forcément bonnes et s'adapter devient le maître-mot ;

U comme Uniforme : les mieux équipés au départ des courses ne sont pas ceux qui finissent forcément devant : l'habit ne fait pas le Moine Salomon !! 

V comme Vaches : pas rassuré quand on passe dans les flaques à proximité des troupeaux de gros bestiaux de la Plaine des Cafres !! Bon, mon coupe-vent n'était pas rouge, je suis passé sans encombre !!

W comme Waouh : ce que je me suis dit dans les premiers hectomètres de la descente vers Roche Plate : à la fois la descente méga-technique (je suivais des super descendeurs qui m'ont donné une vraie leçon) et aussi par rapport à l'arc-en-ciel qui s'est formé dans la vallée de la Rivière des Remparts !

X comme XL : un format de course qui me convient finalement bien : 6è course de plus de 100 km et 6 arrivées ; ma fierté... Rendez-vous en octobre pour essayer de compléter la collec !!

Y comme Youpi : malgré toutes les difficultés du parcours, j'ai su garder mon moral au beau fixe ; la preuve, j'ai blagué avec les (courageux) bénévoles de Mare à Boue avant de repartir en courant vers le Nez de Boeuf, remonté comme un coucou !!

Z comme zoo : de drôles d'animaux à deux pattes sur le sentier vendredi-samedi, mais je pensais plutôt au chouette petit tangue croisé sous le déluge dans le Coteau Kervéguen